Les Conteurs de Légendes


 
PortailAccueilGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Derniers sujets
» Présentation...
Jeu 20 Déc - 19:27 par Vinch

» operation Dice in Town
Lun 30 Jan - 0:53 par derfel

» La Waaagh! déjantée. [gobz de la nuit]
Jeu 22 Sep - 22:35 par Vil le Mové

» Opération dice in town
Dim 14 Aoû - 19:42 par derfel

» trouilleman
Ven 22 Juil - 20:21 par trouilleman

» ODiT
Mer 29 Juin - 18:15 par derfel

» Disparition de Grégory Collin
Mer 18 Mai - 21:20 par Mörkhdull

» l'armée dorée du général Scipior le Nekharien
Dim 8 Mai - 21:32 par mazz

» Armée de Vhalalas
Sam 7 Mai - 22:16 par elpasteur

Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Connexion automatique: 
:: Récupérer mon mot de passe
Sondage
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 2 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 2 Invités

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 22 le Mar 2 Juil - 9:04

Partagez | 
 

 Faustus le Tors, le chroniqueur des ténèbres

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Hanteus.Cadaver



Nombre de messages : 16
Age : 90
Localisation : Orléans
Date d'inscription : 16/07/2008

MessageSujet: Faustus le Tors, le chroniqueur des ténèbres   Ven 25 Juil - 1:03

Faustus le Tors, un auteur bien mystérieux.

Faustus le Tors, de son vrai nom Faustus Von Ghallen fut surnommé « le Tordu » (« le Tors») en langage académique du vieux monde) après qu’une attaque de peste pulmonaire virulente ne l’ai laissé irrémédiablement bossu. D’abord érudit pratiquement inconnu dans sa jeunesse, Faustus devint célèbre quand il écrivit son recueil sulfureux sur les seigneurs noirs du vieux monde. Son ouvrage fut rapidement interdit par le Grand Théogoniste de Sigmar et de nombreux exemplaires furent brûlés par l’inquisition. Faustus lui-même fut arrêté et condamné a être brûlé vif. Alors qu’il était ficelé au bûcher sur la place publique d’Altdorf, il parvint à échapper à la mort en usant d’une magie impie qui le fit disparaître. Nul ne le revit jamais depuis lors. Il semblerait que Faustus ait eu des pouvoirs insoupçonnés et certains affirmèrent que sa connaissance poussée des ténèbres était celle d’un nécromancien avéré. Une enquête approfondie et la fouille minutieuse de ses appartements révélèrent des indices allant dans ce sens. Pourtant, aucune preuve formelle de ces affirmations ne fut jamais retrouvée. Faustus intitula son œuvre « les Eminences Noires du vieux monde ». Le grimoire, très volumineux, contient de très nombreux témoignages et des récits détaillés concernant plusieurs dizaines de Seigneurs de la nuit. Il est communément admis que c’est l’ouvrage de référence sur le sujet, certains allant jusqu’à dire que ce travail est exhaustif.
Personne, à ce jour, ne sait comment Faustus a pu se procurer les témoignages d’individus comme « le Lichemeister, le grand Imprécateur de Middenheim ou le Comte Manfredd Von Carstein ». Les rumeurs prétendent que Faustus aurait bénéficié de la protection d’un Maître de la nuit immensément puissant que nul n’ose nommer…Son travail aurait été commandé par ce mystérieux personnage dont tous devinent le nom avec effroi. L’age de Faustus demeure également une interrogation car il semble avoir rencontré des personnages qui sont loin d’avoir été ses contemporains. « Le chroniqueur des ténèbres », comme il est surnommé par les adeptes de la non-vie, laissa des copies de son œuvre un peu partout dabs le vieux monde et certaines échappèrent au feu des bûchers. Aujourd’hui, se procurer un exemplaire de ce grimoire est devenu fort difficile. Les quelques détenteurs de l’ouvrage ne s’en sépareraient à aucun prix et des tentatives de vol ou d’extorsion se sont soldées par des carnages horriblement sanglants. Une équipe de répurgateurs célèbre a été récemment massacrée non loin de Moussillon en tentant de récupérer l’un des exemplaires possédé par Wilmar Von Zaïus. Ce nécromancien retors qui fut l’élève du terrible Dieter Hellsnicht, semble avoir élu domicile aux environs de la cité maudite de Bretonnie. Faustus le Tors est-il toujours vivant ? Quel était donc son but en compilant son recueil ? L’ombre du Grand Nécromancien couvre t’elle vraiment le fameux chroniqueur ? Existe-t-il réellement une conspiration tentaculaire qui vise à engloutir le vieux monde dans la non-vie ? Nul n’a pu percer le mystère jusqu’à ce jour…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hanteus.Cadaver



Nombre de messages : 16
Age : 90
Localisation : Orléans
Date d'inscription : 16/07/2008

MessageSujet: Re: Faustus le Tors, le chroniqueur des ténèbres   Ven 25 Juil - 1:12

[font=Comic Sans Ms]…Extrait du recueil de Faustus le Tors
« Les éminences noires du vieux monde »

Les cadavéreux de Mâletombes trouvent leur origine dans un lointain passé, au cœur de la province maudite de Sylvanie. Leur histoire date de l’époque où Mannfred Von Carstein avait péri et ne régnait plus sur la sinistre province. Un homme encore inconnu mais profondément maléfique, traqué par les répurgateurs impériaux, vint se réfugier dans le village de Mâletombes, prés de Drakenhof. Accusé à juste titre de meurtres, crimes de sorcellerie et hérésie, il trouva en ces lieux tristement célèbres, le refuge idéal… Comme nombre de ses congénères et des multitudes de proscrits de tous crins, Hantéus profita de l’impunité offerte par la Sylvanie pour poursuivre ses inavouables activités. Il affina ses connaissances nécromantiques en se procurant des ouvrages interdits et en suivant les enseignements dépravés de nécromants avérés. Errant souvent seul et songeur dans les cimetières hantés et les forêts brumeuses, Hantéus finit par établir son repaire dans une vieille tour délabrée surplombant le village. Là, durant de longues décennies, à force d’études, il porta son art jusqu’à l’excellence tant en nécromancie qu’en alchimie. Celui qui allait devenir « le bourreau de Mâletombes » distilla un élixir de longévité qui transforma lentement son corps et l’amena aux frontières de la non-vie, lui donnant une vigueur surnaturelle. Reproduisant des expériences et des rituels très anciens remontant à Nagash lui-même, il prêta allégeance éternelle à la voie sombre de la nécromancie… Hantéus profita de ses connaissances alchimiques pour produire un savant mélange empoisonné qu’il fit diffuser dans les sources d’eau et les rivières proches de son fief. Son oeuvre diabolique décima ainsi une grande partie de la population, lui permettant de disposer de milliers de cadavres tout autour de Mâletombes… Le fourbe et retors Nécromancien mit alors en œuvre le rituel de réveil des morts tant et tant de fois ressassé au cours de ses méditations. L’heure avait sonné pour Hantéus Cadaver de déchaîner sa puissance et de réussir où le Grand Nagash lui-même échoua dans les temps reculés : transformer le vieux monde en un vaste cimetière. Alors que les lueurs des centaines de chandelles allumées pour le rituel vacillaient sous une brise glacée, Hantéus lança de noires imprécations et commença la cérémonie, tapi dans une crypte secrète de sa tour. Presque immédiatement il sentit son âme aspirée dans les limbes de la mort pour être damnée à jamais, tandis qu’il poursuivait lentement ses incantations horribles. Partout en Sylvanie, les morts s’agitèrent dans leurs tombes et la magie noire commença à se concentrer sur la tour d’Hantéus. Les oreilles, le nez et la bouche ruisselants de sang, le nécromancien hurla rageusement ses ordres incantatoires et arracha les cadavres de la tombe à plusieurs lieues à la ronde. De toutes parts, des masses désordonnées de squelettes couverts de mousse et de zombies pourrissants revinrent à la non-vie. Des esprits tourmentés et de nombreux fantômes se mirent à arpenter les sombres forêts cherchant la source de l’appel ténébreux. Heure après heure, des multitudes de morts décharnés et titubants venaient se rassembler autour du repaire d’Hantéus, laissant échapper des lamentations et des plaintes à glacer le sang de quiconque. La faim dévorante de vie taraudait la horde funèbre. Hantéus eut à fournir des efforts épuisants pour contenir le grouillement déchaîné des morts-vivants. Il donna le signal du départ en chancelant sous l’afflux violent de la magie noire. L’énorme foule déguenillée et sanguinolente entama sa longue marche inexorable vers le sud. Les cheveux blanchis, le corps brisé, les mains crochues ainsi que le visage ridé et affreux du nécromancien, lui rappelèrent le prix à payer pour accéder à la toute puissance de la vie éternelle. Durant leur avance, les horreurs indicibles qui formaient les cohortes d’Hantéus, ravagèrent les rares villages Sylvaniens encore habités. Les morts-vivants massacrèrent impitoyablement tout être vivant rencontré. Irrésistiblement, la horde grandissait des massacres perpétrés, et tous, animaux, enfants, vieillards, tombaient sous la coupe du « bourreau de Mâletombes » dès que la vie les abandonnait. Des avants postes impériaux furent détruits et leurs occupants atrocement mutilés et torturés avant de succomber à la malédiction de la non-vie. La frontière sud de la Sylvanie fut le théâtre de combats furieux et d’ignobles débordements. La horde des non-morts pillant, brûlant et exterminant tout sur son passage, malgré de fausses promesses faites pour encourager la reddition des populations apeurées. Le carnage fut tel que l’écho en parvint aux oreilles les plus éloignées du vieux monde, et déjà, le nom d’Hantéus Cadaver était devenu funeste et maudit par tous. Attirés par la terrifiante renommée de l’infect nécromancien, des créatures et des individus maléfiques vinrent joindre ses forces. C’est ainsi que Noiraud de Gîsemort, un adepte de la nécromancie la plus sinistre, rejoignit la funèbre expédition. Au gré des victoires et des défaites, la horde des non-morts infléchissait sa course de façon imprévisible. Elle demeurait insaisissable par ses mouvements constants et ses brusques changements de route. Hantéus était un tacticien et un stratège médiocre, désordonné et brouillon, mais ses faiblesses en l’art militaire étaient compensées par une redoutable intelligence et la terreur occasionnée par ses cohortes hideuses. En quelques années de tueries et de dévastation, Hantéus et son comparse avaient atteint des sommets de puissance et tous dans l’Empire les redoutaient, leur vouant une haine sans limites. Recherchant des artefacts et des sources de savoir impies à travers tout le continent, l’abominable nécromancien et ses troupes cadavériques allèrent de bains de sang en monstrueuses hécatombes sans jamais pouvoir trouver de repos. Traqué par toutes les forces militaires du vieux monde, pourchassé sans relâche par des nuées de fanatiques religieux et de répurgateurs, Hantéus Cadaver ne parvint pas à asseoir définitivement sa domination sur une contrée. Contraint à une fuite en avant perpétuelle, sa tête mise à prix dans le moindre hameau, « le bourreau de Mâletombes » semblait condamné à anéantir la totalité du vieux monde pour continuer à exister. Comprenant qu’il ne pouvait triompher d’un pareil adversaire rapidement, le subtil nécromancien ne commit pas l’erreur de ses prédécesseurs, il utilisa un avantage ordinairement délaissé : le temps… Hantéus disposait de l’éternité pour mener à bien sa tâche. Il n’insista plus et cessa de s’acharner, changeant de stratégie. Il enterra ses hordes de non-morts et disparut brutalement. Nul ne parvint à le retrouver et il attendit ainsi, aux aguets. Dès lors, il profita de tous les évènements favorables et inattendus pour frapper ses ennemis. Ainsi quand une invasion ou une épidémie ravageait l’Empire, il venait de nuit, en secret, relever les défunts et les jetait par surprise sur les régions les moins défendues, terrorisant et martyrisant la populace pour finalement disparaître avant toute réaction adverse. Ses serviteurs maudits tendaient des embuscades aux caravanes et aux convois mal escortés, rasaient des bourgs éloignés par surprise et partout semaient la mort et la désolation. Le bourreau de Mâletombes usa de ces méthodes pour affaiblir lentement la résistance des impériaux et semer la terreur et le désordre partout. Encore aujourd’hui, le lieu d’où il guette ses proies reste inconnu de tous et il ressurgit périodiquement pour commettre ses méfaits aux quatre coins du vieux monde, continuant à accroître patiemment ses pouvoirs…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hanteus.Cadaver



Nombre de messages : 16
Age : 90
Localisation : Orléans
Date d'inscription : 16/07/2008

MessageSujet: Re: Faustus le Tors, le chroniqueur des ténèbres   Ven 25 Juil - 1:14

La chronologie suivante est tirée de l’ouvrage de Faustus le Tors qui dit l’avoir reconstituée à partir du journal personnel d’Hantéus Cadaver. Faustus aurait retrouvé le précieux grimoire dans une flaque de sang, sur le champ de bataille de Klausenberg…


2377 : Arrivée d’Hantéus Cadaver en Sylvanie. Il s’établit à Mâletombes non loin du château de Drakenhof.

2354 : Hantéus détient un savoir nécromantique et alchimique étendu, il procède au Grand Rituel d’animation des morts après avoir empoisonné l’eau des rivières pour décimer la population locale.

2355 : Les hordes de morts-vivants du « bourreau de Mâletombes » entament leur marche contre l’Empire.

2356 : Les postes frontières impériaux à l’est du Mootland sont ravagés et les soldats exécutés pour grossir les rangs des morts-vivants. Tous les territoires au sud de la Sylvanie sont la proie des forces de la mort. Le nécromancien Noiraud de Gîsemort rejoint les forces d’Hantéus avec une petite armée.

2357 : Une armée impériale se porte contre les forces d’Hantéus prés du lac noir, les morts-vivants mettent en déroute les impériaux mais ne peuvent les poursuivre, harcelés par des troupes de nains de divers clans venus de Zhufbar.

2358 : Les hordes cadavériques d’Hantéus ravagent le sud de l’Empire mais sont forcées au repli après leur défaite à la bataille du gué des moulins, non loin de Nuln.

2360 : Après une poursuite harassante de plusieurs mois, les hordes de non-morts sont rattrapées prés des ruines de Mordheim par les armées impériales. Plusieurs engagements indécis mais meurtriers conduisent à la retraite des impériaux vers Talabheim. Hantéus poursuit à son tour ses adversaires et leur inflige un désastre dans les forêts du Stirland. Les rangs des morts-vivants sont grossis à l’extrême par cette hécatombe.

2361 : Plusieurs armées impériales convergent vers le Stirland qui est saccagé par les morts-vivants. S’avançant brutalement à la rencontre de la première armée, les forces d’Hantéus, très nombreuses, la détruisent totalement. Toutefois, le nécromancien ne peut empêcher la jonction de deux autres armées venues du Reikland et subit une défaite cuisante à la bataille de Klausenberg. Les forces de la mort sont diminuées de moitié et retraitent vers le Mootland.






2362 : Marchant nuit et jour, Hantéus Cadaver et sa horde pourrissante parviennent à déjouer les pièges tendus par les armées impériales qui tentent de les prendre en tenaille. Le bourreau de Mâletombes se retourne brusquement vers le nord ouest et traversant toute la Sylvanie, il fond sur Béchafen. La cité résiste et deux armées impériales le poursuivent toujours. Les morts-vivants lèvent le siège et détruisent les campagnes alentours avant de fuir vers Wolfenburg.

2363 : Les non-morts, après avoir distancé leurs poursuivants par un détour dans les forêts, ressurgissent au sud du fleuve Talabec et attaquent Hergig à l’improviste. La cité tombe et la population, entièrement massacrée, est relevée sous forme de pantins animés et sanguinolents.
La tête d’hantéus Cadaver est mise à prix dans tout l’Empire pour 30.000 pièces d’or.

2364 : Les morts-vivants s’enfoncent loin dans l’ouest de l’Empire. En marche vers Carroburg, ils sont interceptés par une armée impériale venue d’Altdorf, les impériaux infligent de lourdes pertes aux forces d’Hantéus lors d’une bataille dans la grande forêt. On croit le bourreau de Mâletombes tué mais il réapparaît quelques heures plus tard et entraîne ses cohortes infernales derrière lui en direction de Middenheim.

2365 : Ayant une fois encore semé ses poursuivants, l’insaisissable nécromancien se présente devant Marienburg avec une armée pléthorique relevée dans tous les cimetières de la région. Après quatre assauts infructueux, menacé par des renforts impériaux venus d’Helmgart, Hantéus lève le siège et s’enfonce dans les marais maudits où on perd sa trace.

2366 : La tête du bourreau de Mâletombes est mise à prix dans tout l’Empire pour 45.000 pièces d’or. La bordure des marais, au nord de Marienburg, est infestée de morts-vivants qui rasent plusieurs villages et attaquent les voyageurs. Pendant ce temps, Noiraud de Gîsemort profite de cette diversion pour traverser les landes du milieu et attaquer Salzenmund par surprise. La cité est prise et les habitants massacrés rejoignent la non-vie.

2367 : La tête d’Hantéus Cadaver est mise à prix dans tout l’Empire pour 60.000 pièces d’or. Il échappe à une tentative d’assassinat et rejoint par Noiraud de Gîsemort et ses masses de non-morts, il vient assiéger Carroburg. La ville résiste malgré des pertes terribles lors d’un assaut très violent.

2368 : Hantéus échappe à une nouvelle tentative d’assassinat, sa tête est mise à prix dans tout le vieux monde pour 90.000 pièces d’or. Il disparaît brusquement avec toutes ses forces. Nul ne parvient à le débusquer, on le croit mort.

2384 : La passe de Helmgart est attaquée par une horde de morts-vivants. Le fort est rasé et la garnison massacrée est aussitôt relevée dans la non-vie…Un rescapé chanceux affirme que les morts-vivants étaient commandés par Hantéus Cadaver.



2387 : Malgré une traque acharnée, personne ne parvient à retrouver le bourreau de Mâletombes. Sa tête est mise à prix dans tout le vieux monde pour 100.000 pièces d’or.

2399 : Lors d’une famine qui sévit en cette année, le Typhus décime la population du Middenland affaiblie. Plusieurs cités dont Breder et Krudenwald sont soudainement attaquées par des masses grouillantes de morts-vivants. Ces villes tombent immédiatement et la populace est exterminée. Les impériaux réagissent en envoyant une petite armée depuis Middenheim, mais ces renforts tombent dans une embuscade et sont mis en déroute. Peu de temps après tous les non-morts disparaissent de la région.

2415 : Personne ne sait où se terre Hantéus Cadaver. La flotte de commerce de Marienburg est incendiée au mouillage dans le port. Des milliers de morts-vivants surgissent de l’eau pendant la nuit au milieu des embarcations amarrées puis repartent par le même chemin.

2428 : Malgré des purges répétées et des investigations poussées, nul ne parvient à localiser Hantéus. Certains érudits pensent qu’il use d’une puissante magie pour se dérober aux recherches. Pendant ce temps, les agents du retors nécromancien volent l’unique exemplaire d’une compilation des neuf livres de Nagash par Kadon.

2440 : Plusieurs traités de nécromancie rares et anciens sont achetés en secret ou dérobés dans tout le vieux monde. Périodiquement des incursions de morts-vivants massacrent les caravanes sur toutes les routes entre Altdorf, Middenheim et Kislev

2447 : Une bande de répurgateurs de Sigmar retrouve la trace d’Hantéus Cadaver à Moussillon, mais le nécromancien écorche vif plusieurs de ses assaillants avec un sortilège affreux et disparaît avant d’être capturé.

2449 : Un mendiant affirme à qui veut l’entendre qu’il a vu une immense horde de morts-vivants s’enterrer dans le sol non loin de Bogenhafen. La nouvelle fait le tour de toutes les tavernes d’Altdorf mais les autorités ne croient guère aux affirmations d’un ivrogne à moitié fou. Une semaine plus tard la cité est rayée de la carte par une nuit sans lune… Victime d’une multitude de non-morts surgis du sol aux environs des remparts.

2482 : Hantéus Cadaver sort brusquement de sa retraite et lance ses masses cauchemardesques contre les principautés frontalières. Une armée de nains composée de contingents venus de Barakk- Varr et de Karaz-a-Karak lui inflige une sévère défaite aux débouchés du col du feu noir. Les hordes du nécromancien parviennent à s’esquiver après la bataille.

2483 : Les hordes affaiblies d’Hantéus tracent un sillon sanglant dans les principautés frontalières et reconstituent leurs effectifs par de faciles hécatombes sur les populations isolées. Les troupes des seigneurs locaux réagissent mollement et les non-morts, avançant jour et nuit à marches forcées, s’échappent une fois de plus.

2488 : Une force de non-morts dirigée par Noiraud de Gîsemort vient s’embusquer au col du chien fou. Elle extermine une compagnie de nains de Karaz-a-Karak dans un guet-apens.

2495 : Profitant du retour du très impopulaire Lichemeister Heinrich Kemmler, le bourreau de Mâletombes lance une attaque brusquée contre le sud de l’Empire. Ses hordes de morts-vivants ravagent tout jusqu’à Nuln où il est engagé par une armée impériale venue à sa rencontre. La bataille fait rage quant soudain Hantéus est abattu par Anton Reismann d’un coup d’épée. Les hordes de cadavres retournent à la mort tandis que Noiraud de Gîsemort disparaît dans un nuage de souffre emportant le corps du bourreau de Mâletombes.

2501 : La dépouille animée d’Anton Reismann, affreusement mutilée et les entrailles pendantes, arrive en titubant aux portes d’Altdorf, elle porte un parchemin accroché au cou. Il est écrit : « Je suis de retour… » et le message est signé Hantéus Cadaver…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hanteus.Cadaver



Nombre de messages : 16
Age : 90
Localisation : Orléans
Date d'inscription : 16/07/2008

MessageSujet: Re: Faustus le Tors, le chroniqueur des ténèbres   Ven 25 Juil - 1:17

…Extrait du recueil « Les éminences noires du vieux monde » par Faustus le Tors.

Creuvar de Mortefosse était de son vivant un soldat de l’Empire. Il était issu d’une vieille famille d’épée, réputée pour sa sauvagerie au combat. Creuvar, quant à lui, avait une forte inclinaison à se comporter comme un soudard sans foi ni loi partout où il traînait ses pas. Après de nombreuses années passées sur tous les champs de bataille du vieux monde, Creuvar fut nommé général par le Comte Electeur d’Averland. Son armée était essentiellement composée de mauvais sujets et de mercenaires dont le Comte fut ravi de se débarrasser. Les troupes de Creuvar furent donc envoyées sur les frontières les plus éloignées de l’Empire où leurs exactions ne gêneraient plus personne… Alors que ses bataillons pouilleux et indisciplinés guerroyaient au sud, dans les principautés frontalières, Creuvar fit une funeste rencontre dans les forêts au sud des montagnes noires. Tandis que son armée cheminait avec son désordre habituel et sans avant-garde, des multitudes d’orques et de gobelins prirent ses forces en embuscade et les massacrèrent. Creuvar avait certes de nombreux défauts mais c’était un guerrier courageux voire même téméraire. Il combattit avec acharnement et refusa de se rendre, ne demandant ni n’accordant aucun quartier. A la fin, alors qu’il avait tué un grand nombre de peaux-vertes, criblé de blessures, il fut laissé pour mort sur le champ de bataille et eut la chance de ne pas être dévoré par les orques ou les créatures effroyables qui rôdaient sans la forêt. Creuvar reprit ses esprits longtemps plus tard, presque vidé de son sang et mourrant, la nuit était noire et pas un bruit ne troublait le silence anormal qui pesait sur les lieux. C’est alors qu’il vit le regard iridescent et maléfique braqué sur lui…Une forme décharnée et vêtue d’une robe sombre aux motifs morbides et funèbres se tenait debout à proximité de lui. Un Nécromancien…Creuvar avait entendu parler de ces sorciers morts-vivants maintes fois dans toutes les tavernes du vieux monde…Le sicaire de la mort lui proposa un marché sulfureux de sa voix d’outre tombe. Il lui promit la vie éternelle, la gloire et les honneurs de la guerre, la possibilité de se venger des affronts subis de son vivant et de piller et tuer à sa guise. En échange, de quoi l’inconnu exigea de lui une loyauté sans faille. Creuvar qui n’avait que peu de temps à vivre, amer et plein de rancune contre ceux qui l’avaient conduit à finir aussi mal, accepta… tandis que les yeux du ruffian se fermaient dans la mort, le nécromancien le rappela immédiatement dans la non-vie. Désormais promis à la damnation éternelle, le revenant hideux qui fut jadis général de l’Empire, trouva dans la non-vie une existence lui convenant à merveille. Son nom était devenu synonyme de mort et de peur et il était redouté de tous. Le nécromancien qui l’avait ramené des griffes du néant avait tenu parole, Creuvar reçut un fief en Sylvanie, un ancien charnier, site d’un horrible carnage dans le passé : Mortefosse… Aujourd’hui, Creuvar porte la Grande Bannière de son seigneur dans les batailles, instillant une nouvelle soif de combattre dans les rangs décrépits et chancelants des morts-vivants…Il n’apprit le nom de son bienfaiteur que tardivement…Hantéus Cadaver…Le terrible bourreau de Mâletombes…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hanteus.Cadaver



Nombre de messages : 16
Age : 90
Localisation : Orléans
Date d'inscription : 16/07/2008

MessageSujet: Re: Faustus le Tors, le chroniqueur des ténèbres   Ven 25 Juil - 1:18

…Extrait du recueil « Les Eminences Noires du vieux monde » par Faustus le Tors.


Noiraud de Gîsemort naquit en Sylvanie dans le village du même nom. Devenu orphelin dès son plus jeune âge, il grandit dans une lugubre maison d’enfants perdus. Maltraité et rejeté, il finit par s’enfuir et vécut de larcins et de mendicité.
Votre serviteur fit sa connaissance d’une singulière manière il y a de cela plus de trente ans. A cette époque, il n’était qu’un gamin de 13 ou 14 ans, maigre et crasseux. Son visage toujours sale lui valut son surnom de « Noiraud ».
Alors que je fus arrêté en Sylvanie et jugé pour sorcellerie et acte de nécromancie par les répurgateurs de Sigmar, il assista au simulacre de procès que les autorités religieuses me firent. Je parvins toutefois à me sortir des griffes de mes geôliers par un tour ou deux dont je possède encore le secret…
Ce jour là, tandis que je profitai de la confusion pour m’enfuir, je croisai le regard torve du « Noiraud » et je sentis au fond de moi la caresse glacée de la malveillance et de la mort.
Sans le vouloir, j’avais initié une vocation plus noire que la nuit dans le cœur de cet enfant hors du commun…
Noiraud de Gîsemort n’avait pas d’ami, il était taciturne et sournois. Quelque peu misanthrope, il évitait les enfants de son age, et, attiré par un désir morbide qui le poussa durant toute sa jeunesse à fréquenter les cimetières et les funérariums, il découvrit l’existence de la nécromancie lors de mon procès. Depuis ce jour, il ne fit plus que s’instruire dans le savoir interdit, sacrifiant jeunesse et plaisir contre la promesse de la damnation éternelle. Retenant avidement les bribes d’enseignements qu’il surprit en épiant des adeptes de la mort au cours de leurs expériences et de leurs recherches, Noiraud consolida lentement ses acquis au début. Puis, sa soif de connaissances le poussa à assassiner de riches veuves pour les dépouiller. Noiraud amassa ainsi une fortune immense qu’il consacra à l’art ténébreux. Dès lors, ses progrès devinrent stupéfiants et il se forgea une réputation de redoutable nécromancien… Depuis sa retraite, enfouie sous les forêts du nord de la Sylvanie, Noiraud invoqua le grand rituel de réveil des morts et anima tous les charniers et lieux de sépultures jusque loin autour de son antre. Toutefois sans but précis, et n’ayant pas les appuis nécessaires à une opération de grande envergure, le vil et sournois nécromant décida sagement d’attendre et de mûrir ses ébauches de plan. C’est alors qu’il apprit la marche d’Hantéus Cadaver. Pressentant qu’associer son nom à celui du « bourreau de Mâletombes » était la promesse d’un destin fameux, il entraîna ses masses de non-morts vers le sud et rejoignit l’ost du funeste maître de la noirceur...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hanteus.Cadaver



Nombre de messages : 16
Age : 90
Localisation : Orléans
Date d'inscription : 16/07/2008

MessageSujet: Re: Faustus le Tors, le chroniqueur des ténèbres   Ven 25 Juil - 1:34

D'aprés l'ouvrage de Faustus le tors, "Les Eminences Noires du vieux monde"...

Thaddéus Von Carstein est un descendant du maître de la tristement célèbre lignée du même nom. Comme nombre de ses parents, il a hérité de Vladd, un sens aigu de la stratégie militaire. C'est un vampire ancien, qui assista à la fin tragique de Mannfred lors de la bataille de Hel Fenn. Durant cet engagement qui se solda par une défaite mémorable pour les forces Sylvaniennes, Thaddéus Parvint de justesse à rompre le combat. Il sema ses poursuivants dans les marais embrumés, seulement escorté de quelques cohortes en piteux état. Malgré des recherches poussées, les impériaux ne retrouvèrent ni la dépouille de Mannfred, ni Thaddéus Von Carstein...
Le vampire regagna sa retraite aprés bien des ruses et des détours qui trompèrent les plus fins limiers. Laissant le temps s'écouler, il guetta le désintérêt des impériaux pour une province maudite, hantée et sans richesse notoire. Aprés quelques dizaines d'années de patience, comme prévu par Thaddéus, les impériaux laissèrent la Sylvanie quasiment livrée à elle même. Durant cette longue attente, les faibles effectifs encore sous les ordres du vampire demeurèrent bien cachés, enterrés au coeur des forêts les plus épaisses.
Quand les autorités impériales se détournèrent du problème Sylvanien et recommencèrent leurs intrigues, Thaddéus Von Carstein entreprit dans le plus grand secret de reformer une armée considérable. C'est à ce moment qu'Hantéus Cadaver passa une alliance avec lui pour unir toute la non-vie de Sylvanie sous une même bannière. Le vampire, bien que n'ayant pas autant de pouvoirs en nécromancie que le Bourreau de Mâletombes, représentait un adversaire redoutable. Ses capacités militaires et sa trés forte emprise sur les non-morts venaient compléter efficacement les talents d'Hantéus. De plus, Thaddéus Von Carstein possédait une puissance physique capable de venir à bout de pratiquement n'importe quel adversaire. La cabale ainsi formée devint diaboliquement dangereuse et les nations du vieux monde sont depuis lors sous la menace de ces funestes personnages.
Les forces sous le commandement du vampire sont organisées en légions bien encadrées. Sa légion personnelle étant la Xème Légion "Profanatus" dont la devise est: "FIDELIS". Lorsque des opérations militaires d'envergure sont planifiées, Thaddéus Von Carstein prend directement le commandement opérationnel des troupes. Son rang dans la hiérarchie de la cabale étant équivalent à celui d'Hantéus lui-même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hanteus.Cadaver



Nombre de messages : 16
Age : 90
Localisation : Orléans
Date d'inscription : 16/07/2008

MessageSujet: Re: Faustus le Tors, le chroniqueur des ténèbres   Ven 25 Juil - 1:50

C'était mon historique officiel avec l'ancienne version des comtes vampires. Elle était basé sur des parties jouées par notre cercle, Le Conseil Noir.
Maintenant que la donne a changé, je travaille sur d'autres personnages.
Mais je vais lier l'ancien historique avec le nouveau. On verra donc la déchéance d'Hantéus Cadaver le nécromancien au profit de Thaddéus Von Carstein le vampire.
Je suis en train de ficeler tout ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GW Maniak
Admin


Nombre de messages : 2375
Age : 42
Localisation : Roux / Hainaut / Belgique
Date d'inscription : 21/03/2007

MessageSujet: Re: Faustus le Tors, le chroniqueur des ténèbres   Ven 25 Juil - 17:46

Ca calme là...il n'y a pas à dire.

Si je devais rajouer néanmoins qques mots...VIVEMENT la suite. Je suis très friand de background et d'historique. Je trouve que ça rajoute du "piment" au jeu et ça lui donne de la profondeur....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lesconteursdelegende.forumactif.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Faustus le Tors, le chroniqueur des ténèbres   Aujourd'hui à 1:18

Revenir en haut Aller en bas
 
Faustus le Tors, le chroniqueur des ténèbres
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Blog] Le Messager des Ténèbres: Prologue.
» Je recherche Vampire L'âge des ténèbres
» [Blog] Le Messager des Ténèbres: Chapter I
» Descent, Voyage dans les Ténèbres
» Hyrule sous les Ténèbres

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Conteurs de Légendes :: Warhammer, jeu de batailles fantastiques :: L'auberge des Trois Mâts-
Sauter vers: